Histoire du Fmm


>> LES Affiches rétro <<
> Les + de 200 fanfares venues au Festival (1996 – 2022) <

Sa génèse

Un samedi de juin 1996, la jeune fanfare montpelliéraine des Kadors invita trois fanfares de la région à se joindre à elle, pour animer la place des Beaux-Arts de Montpellier, sur la journée. Ce fut une belle réussite. C’était le 21 juin, jour de Fête de la Musique. Mais déjà, l’idée n’était pas là. C’était l’idée de la rencontre et du partage, musical et humain, offert à tous, dans la rue. Celle d’un festival porté par des fanfares et les habitants du quartier.

Le défi était de taille. La fanfare Bakchich, montpelliéraine également, fut appelée à la rescousse. Le choix de la place des Beaux-Arts a ensuite mis ces fanfares en contact avec l’association de quartier (Beaux Arts – Pierre Rouge), puis avec celle du quartier voisin de Boutonnet (Bout’Entrain). Pour la suite, ces 4 associations se sont regroupées au sein d’un collectif, « L’Arc-en-ciel des Faubourgs » (ADF), passé sous forme associative en novembre 2002.

Le défi fut relevé. En 25 éditions, le Festival des Fanfares de Montpellier (FFM) s’est  imposé comme un événement majeur du monde des fanfares d’amateurs, comme des amateurs de fanfares. Au fil des ans, 210 fanfares différentes ont participé, dont 26 sont venues de pays étrangers (Suisse, Pays-Bas, Italie, Etats-Unis, Angleterre, Allemagne, Canada, Espagne, Costa Rica, Belgique et Chili), soit plus de 8.100 musiciens qui sont venus s’y produire gratuitement !

Et l’esprit originel demeure : associatif et bénévole, convivial et fraternel, familial et populaire, gratuit et ouvert à tous.

Son évolution

Juin 1996, 4 fanfares locales sont réunies sur la place des Beaux-Arts à Montpellier, sur la seule journée du samedi, devant une centaine de personnes. (65 fanfarons le samedi ; une trentaine de bénévoles)

Juin 1999, à l’occasion d’un partenariat avec les Coteaux du Languedoc, un concours est organisé entre les 17 fanfares invitées, le vendredi précédent, en guise de première soirée d’accueil. Elles viennent de toute la France et même de Suisse, avec la première participation d’une fanfare étrangère. Dans la matinée du samedi, elles animent la braderie de Boutonnet et divers lieux du centre. (227 fanfarons pour le WE ; plusieurs dizaines de bénévoles)

Juin 2000, pour la 5ème édition, la soirée d’accueil des fanfares est institutionnalisée, tout en restant officieuse, et regroupe les 18 fanfares invitées en un même lieu, au profit des seuls bénévoles et de quelques habitués. Et c’est la Cave coopérative de Montpellier qui prend le relais pour ce moment de rencontre et de partage. (250 fanfarons pour le WE ; plusieurs dizaines de bénévoles)

Juin 2001, les concerts du samedi ne sont plus cantonnés à la seule place des Beaux-Arts et les 22 fanfares invitées se produisent à présent sur 4 lieux distincts de ce quartier. (292 fanfarons pour le WE ; plusieurs dizaines de bénévoles)

Juin 2002, la soirée d’accueil se déroule cette fois dans le domaine municipal de Grammont. (383 fanfarons pour le WE ; plusieurs dizaines de bénévoles)

Juin 2005, c’est la 10ème édition ! 45 fanfares, dont une première participation extra-européenne (Etats-Unis), sont invitées pour le weekend et la soirée d’ouverture, publique cette fois, se déroule dans les jardins du Peyrou. Pour la journée du samedi, les concerts sont étendus au quartier Boutonnet. (676 fanfarons pour le WE ; une centaine de bénévoles)

Juin 2007, la soirée d’accueil quitte Montpellier pour son agglomération. C’est dans le parc Leenhardt à Clapiers que sont accueillies les 21 fanfares officielles du samedi, entourées de 9 fanfares locales. Pour le déjeuner du samedi, un grand repas de quartier est organisé, mêlant fanfarons et habitants des Beaux-Arts. (374 fanfarons pour le WE + 113 le VEN uniquement ; près de 120 bénévoles)

Juin 2010, c’est la 15ème édition ! En plus des 4 scènes principales, situées proches des buvettes, les 17 fanfares invitées se produisent sur 4 lieux intermédiaires des quartiers Beaux-Arts et Boutonnet. (372 fanfarons pour le WE + 111 pour le VEN uniquement ; autour de 125 bénévoles)

Juin 2011, la première présentation des fanfares est organisée sur la place des Beaux-Arts le samedi après-midi : les 19 fanfares officielles se succèdent sur la scène pour 2 morceaux. (377 fanfarons pour le WE + 106 pour le VEN uniquement ; autour de 140 bénévoles)

Juin 2012, c’est au tour du parc de la Peyrière à St Jean de Védas de recevoir la soirée d’accueil qui, sans être annoncée officiellement, attire de plus en plus de monde ! (320 fanfarons pour le WE + 103 pour le VEN uniquement ; autour de 140 bénévoles)

Juin 2015, c’est la 20ème édition ! Comme pour les 10 ans, la soirée du vendredi est de nouveau annoncée au public, sur l’esplanade de la Comédie à Montpellier. Mais la mauvaise météo oblige à annuler la fête publique ce soir-là… pas celle du lendemain où les 20 fanfares officielles ont tenu le programme de la journée ! (457 fanfarons pour le WE + 147 pour le VEN uniquement ; près de 200 bénévoles)

Juin 2016, la soirée d’accueil devient soirée d’ouverture. Définitivement publique, officiellement annoncée, elle est décentralisée dans 8 lieux de la ville, en partenariat avec des associations ou comités des quartiers concernés. Les 16 fanfares sélectionnées sont épaulées de 5 fanfares pour cette première soirée. (299 fanfarons pour le WE + 83 pour le VEN uniquement ; 199 bénévoles)

Juin 2018, la présentation des 16 fanfares officielles se déplace sur la place Emile Combes qui devient le centre névralgique du périmètre. (302 fanfarons pour le WE + 78 pour le VEN uniquement ; 190 bénévoles)

Juin 2022, après 2 années de report pour cause de Covid, c’est enfin la 25ème édition ! 24 fanfares sont invitées pour un weekend prolongé du lundi de Pentecôte. (446 fanfarons pour le WE ; 215 bénévoles)

Son originalité

Le Festival des Fanfares de Montpellier doit son succès à l’intention première, celle qui a fédéré les 4 associations fondatrices au sein de l’ADF : organiser des rencontres de fanfares et les partager gratuitement avec le plus large public.

C’est pour cette raison que le FFM a immédiatement développé la diversité et la proximité du public, pour adopter progressivement le canevas traditionnel de la journée du samedi dans les quartiers Beaux-Arts et Boutonnet, alors devenus périmètre du festival. Et les fanfarons commencent tôt : de 9h30 à 11h30, ils vont animer des vide-greniers et des marchés, dans le périmètre ou des quartiers limitrophes ; de 15h à 18h, ils passent à tour de rôle sur scène pour la présentation des fanfares ; de 19h à 1h du matin, ils se succèdent sur les 7 podiums du périmètre. Ainsi, les publics se suivent et ne se ressemblent pas : des riverains qui vont faire leurs courses en matinée, à la jeunesse qui vient festoyer en soirée, en passant par les familles qui assistent à la présentation l’après-midi, un large spectre de la population montpelliéraine est touché !

Et c’est encore pour cette même raison que le FFM se déploie, depuis plusieurs années maintenant, dans toute la métropole (quartiers de Montpellier et communes limitrophes) avec la soirée d’ouverture du vendredi. Là encore, l’esprit reste avant tout associatif et bénévole, seules les modalités d’organisation changent : le vendredi soir, chaque association de quartier ou ville partenaire prend en charge l’organisation de son événement pour lequel nous fournissons les fanfares ; le samedi, tout est géré par l’ADF et ses 200 bénévoles, recrutés parmi les habitants du périmètre, les fanfarons locaux, les amoureux du festival.

Et puis, le succès du Festival des Fanfares de Montpellier provient aussi de la priorité donnée à la qualité d’accueil des fanfares. Rappelons d’abord que ce sont des fanfares, Kadors et Bakchich qui sont à l’origine de l’événement. Elles connaissent donc bien le plaisir inépuisable de jouer ensemble mais aussi l’importance inestimable du bon repas et du lieu calme où se reposer un peu… Rappelons aussi que les fanfares viennent toutes bénévolement et à leur frais ! Bien les choyer est la première des évidences. Les fanfarons sont donc pris en charge dès leur arrivée, le vendredi soir, et se laissent guider par nos poissons-pilotes vers l’endroit où jouer, celui ou manger et boire, celui ou jouer encore, dormir, etc, jusqu’au train retour du dimanche.

Pour poursuivre la rencontre et le partage, en guise de récompense pour les fanfarons et les bénévoles, il est vite devenu nécessaire d’organiser l’après-festival, de proposer un lieu, isolé et confortable, où se restaurer un peu et jouer beaucoup, après les concerts en ville. Pendant de nombreuses années, l’After-FFM s’est déroulé dans les locaux sommaires d’une colonie de vacances située sur la plage des Aresquiers. Un lieu magique et inoubliable pour une dernière soirée privée en(tre) fanfare(s), qui laissait des étoiles pleins les yeux de nos invités ! Depuis deux ans, l’After se déroule dans un splendide domaine municipal, mis gracieusement à notre disposition par la commune jusqu’au départ des fanfares, le dimanche.

Enfin, le succès du Festival des Fanfares de Montpellier tient également au sérieux dont a fait preuve l’association ADF, au fil des ans, pour faire croître l’événement, tout en conservant le même état d’esprit, associatif et bénévole, familial et populaire.

Aujourd’hui, le FFM s’étend sur 2 quartiers et nécessite la fermeture d’une trentaine de rues pour la seule journée du samedi, ce qui nécessite d’importants moyens en bénévoles pour investir et décorer ce vaste périmètre dans la matinée, avant de le rendre à ses habitants dès le lendemain matin. Et ce sont près de 20.000 personnes qui viennent sur la journée, sans qu’aucun incident n’ait été relevé en 25 éditions.

Pour ce faire, la quinzaine de membres de l’Orga qui travaille sur l’année s’est dotée d’une solide expertise collective et s’appuie sur une implication constante des habitants des quartiers concernés. Cela explique l’étroit partenariat qui lie l’ADF et la ville de Montpellier depuis plus de 20 ans, et sans lequel la réussite ne serait pas si belle.

Sa reconnaissance

La fidélité du public est le premier indicateur de réussite du Festival des Fanfares de Montpellier. De quelques dizaines la 1ère année, il avoisine désormais les 20.000 personnes sur la journée de samedi, malgré une publicité réduite au minimum. Cette manifestation est véritablement un rendez-vous annuel incontournable des habitants de la métropole de Montpellier.

L’enthousiasme des fanfares est le second indicateur. Elles sont toujours plus nombreuses à candidater (près d’une cinquantaine chaque année, pour une petite vingtaine de places), de toute la France et même de l’étranger. Toutes apprécient l’accueil qui leur est fait et les moments de rencontre et d’échanges qui leurs sont réservés. Le FFM est devenu, pour elles aussi, un rendez-vous annuel très convoité. Cela permet à l’ADF de faire sa sélection annuelle en tenant compte à la fois des origines géographiques et de la diversité des répertoires, avec le souci d’un équilibre entre fanfares anciennes et nouvelles formations, afin de favoriser les échanges et hybridations.

Enfin, dès les premières éditions, la presse soulignait la réussite de l’événement, son public familial et sa bonne humeur partagée. En juin 2001, France 2 dépêcha une équipe de tournage pour un sujet présenté dans son journal de 13 heures. En 2011, 2 reportages furent réalisés pour France 2 et M6 Montpellier, s’intéressant plus particulièrement au renouveau des fanfares, avec des styles musicaux de plus en plus diversifiés, s’inscrivant dans la dynamique des musiques actuelles. En 2015, un second documentaire suivit toute la préparation annuelle de la 20ème édition.